L'esprit du fondateur


Le collège Saint Charles a été fondé par les Sœurs Saint Charles de Lyon, congrégation fondée par Charles Démia en 1680. Les Sœurs ont été présentes au sein du collège, enseignant aux élèves et dirigeant l’établissement, jusqu’au début des années 1980.

 

CHARLES DEMIA

Le renoncement au monde et la formation sacerdotale

Charles Démia est né à Bourg-en-Bresse, le 3 octobre 1636. Héritier d’une fortune assez considérable, il aurait pu aisément se pousser dans le monde, et ses biographes racontent qu’à vingt ans il reçut des offres brillantes de mariage. Mais de bonne heure, son esprit sérieux et méditatif, un goût prononcé pour la solitude, une foi religieuse intense le détournèrent du monde.

Il fut ordonné prêtre le 14 mai 1663, après des études à Paris. Lyon l’attirait, Lyon, dont il disait plus tard qu’il ne lui manquait que des écoles, "ce dernier trait de beauté", pour être une ville parfaite.

Travailler au progrès de l’éducation

De 1665 à 1689, date de sa mort, Démia n’eut pas d’autre souci que de travailler au progrès de l’éducation, soit en ouvrant des écoles nouvelles, soit en règlementant celles qui existaient déjà, soit en essayant de leur préparer des maîtres capables et de leur fournir de bonnes méthodes d’enseignement. Nommé directeur des écoles du diocèse, armé à ce titre de pleins pouvoirs pour administrer l’instruction dans toute l’étendue de Lyon, il fut, pendant vingt ans, une sorte de directeur général de l’enseignement primaire, un ministre de l’instruction publique au petit pied.

Il fonde en 1680 la congrégation des Sœurs Saint Charles sous le patronage de Saint Charles Borromée.

A l’égal de Jean-Baptiste de la Salle

Il y a entre Charles Démia et J.-B. de la Salle plus d’un trait de ressemblance. Ils ont, l’un et l’autre, travaillé à la même œuvre scolaire. Mais Démia a sur la Salle l’avantage de l’avoir devancé d’une dizaine d’années dans la plupart de ses idées et de ses actes. Il lui est supérieur en ce qu’il a pris souci de l’instruction des filles autant que de celle des garçons. Pour le reste, il l’égale tout au moins. Comme la Salle, il s’est dépouillé de son patrimoine pour en faire don aux écoles. Comme lui, issu d’une famille riche qui tenait un rang assez élevé, il a renoncé à la vie mondaine et il s’est mis tout entier au service des pauvres gens. Comme lui, il a tendu la main ; il a mendié l’argent des riches pour accroître les ressources des pauvres. Avec un dévouement patient, infatigable, avec un zèle d’apôtre, il a recruté des instituteurs et des institutrices ; il les a réunis en communauté et il a établi des séminaires qui étaient des commencements d’écoles normales. Avec un grand sens pédagogique, il a rédigé des avis, dressé des règlements scolaires qui ont leur prix.

Une reconnaissance unanime

Les parents appréciaient chaque jour davantage les bienfaits de l’éducation donnée à leurs fils et à leurs filles. Voici un trait qui le prouve bien :

 

"Il se jeta à ses genoux et lui demanda pardon"

 

"Le fils d’une lavandière, après être sorti du tribunal de pénitence, se rendit promptement à la maison pour y trouver sa mère. Ne l’ayant pas rencontrée, il courut au bateau où elle se tenait de coutume, et là, l’ayant aperçue au milieu des autres lavandières, il se jeta à ses genoux et lui demanda pardon dans des termes si touchants que toutes ces femmes en furent attendries jusqu’aux larmes. Surprises d’un changement si inattendu, - car l’enfant était très dérangé, - elles demandèrent à la mère quelle pouvait donc en être la cause. Celle-ci l’ayant attribué aux écoles qu’il fréquentait, toutes ces femmes prirent une si grande estime pour ces établissements qu’elles vinrent ensuite, attroupées, mener leurs enfants, afin de les faire recevoir dans ces écoles qui faisaient devenir si sages, à ce qu’elles disaient..."

 

Informations tirées du site:             http://catholique-belley-ars.cef.fr/4-Charles-DEMIA.html

 

Vous pouvez voir une vidéo sur Charles Démia à l'adresse ci-dessous:

http://www.youtube.com/watch?v=cuybiLkLIuk

 

Prière de Charles Démia – Règlement pour les Ecoles, page 56

Seigneur, qui nous avez instruits à vous demander de bons ouvriers pour votre Eglise, nous vous supplions très humblement de jeter les yeux de votre miséricorde sur cette multitude d’enfants qui vous connaissent par la Foi, mais qui ne vous glorifient pas comme ils devraient par leurs œuvres. Donnez-leur des Maîtres et Maîtresses d’Ecole si capables, si zélés et si saints, qu’ils leur enseignent soigneusement la véritable voie de vous servir, afin que nous vous puissions louer, tous ensemble, pendant l’éternité. Ainsi-soit-il.

 

 

SAINT CHARLES BORROMÉE (1538-1584)

 

 

Fils cadet d'une noble famille italienne nommé cardinal à 22 ans. La conscience de son devoir est telle qu'il s'impose par sa rigueur et son travail. Il collabore efficacement à la reprise du Concile de Trente. Devenu archevêque de Milan, il crée des séminaires pour la formation des prêtres. Il prend soin des pauvres alors qu'il vit lui-même pauvrement. Il soigne lui-même les pestiférés quand la peste ravage Milan en 1576. Il meurt en 1584.

 

C'est avec raison que Charles Borromée a été appelé le modèle des évêques et le restaurateur de la discipline ecclésiastique: il a fait constamment preuve en son épiscopat d'une vertu, d'une science, d'un renoncement et d'une persévérance qui justifient complètement ces titres.

 

En 1932, Pie XI le désigne comme saint patron de tous ceux qui s’engagent à instruire les autres.

 

 

Invitation de Saint Charles Borromée à « être des passeurs humbles de l’amour reçu »

 

 

 

Nous souhaitons développer la transmission du savoir et de la foi mais aussi le soutien aux plus démunis.

Un projet de tutorat et de monitorat est en réflexion. Il permettra à des élèves d’accompagner d’autres élèves sur le chemin du savoir et de la relation à l’autre.

Nous souhaitons également que tous les jeunes reçoivent l’Amour dont ils ont besoin pour s’épanouir. Cet Amour qui nous vient du Christ nous le transmettons en tant qu’enseignant et en tant qu’éducateur en assurant un cadre agréable et sécurisé aux jeunes qui nous sont confiés, en portant toujours sur eux un regard plein d’espérance et en travaillant dans la co-éducation avec les parents des élèves, que ce soit avec l’APEL ou avec tous les parents.